Assurance piscine : tout savoir avant de faire le grand plongeon !

Dans un contexte sanitaire incertain et sans visibilité sur les vacances d’été, de plus en plus de Français rêvent d’une piscine à domicile. Avant de sortir bouées et maillots, il est important d’avoir en tête les coûts supplémentaires qu’implique ce type d’équipement. Parmi eux, l’assurance ! En effet, la création d’une piscine impacte la prime d’assurance habitation. En moyenne, la prime MRH d’un logement sans piscine est de 151€ et de 325€/an pour un logement avec piscine. Pour éviter les mauvaises surprises, LeLynx.fr passe au crible tout ce qu’il faut savoir avant de se jeter à l’eau !

Assurer sa piscine sans faire couler son porte- monnaie !

Une piscine construite ou creusée est systématiquement assurée dans le cadre de l’assurance habitation d’un logement, mais nécessite toutefois d’être déclarée auprès de son assureur. En cas d’accident, c’est la garantie responsabilité civile du propriétaire qui s’applique. Il n’est donc pas obligatoire de souscrire une assurance dédiée pour être protégé. En revanche, certains sinistres nécessitent des extensions de garantie spécifiques !

Les compagnies d’assurance font la différence entre une piscine située dans la maison et une piscine construite dans le jardin. En moyenne, les propriétaires d’une piscine intérieure débourseront 307€ vs 328€/an pour une piscine extérieure couverte, qui nécessite plus d’infrastructures et équipements. Il est donc important de consulter son contrat pour vérifier que la piscine y sera bien intégrée.

Dans le cas contraire, il faudra souscrire à une extension de garantie, parmi lesquelles :

  • La garantie dommages : qui couvre la piscine, le matériel et les équipements en cas d’incendie, de vandalisme, de dégâts causés par des tempêtes ou encore les bris accidentels d’une maison. Celle-ci peut être étendue aux dommages subis sur le local technique, le matériel servant au pompage, au chauffage et à l’épuration de l’eau, le robot
    d’entretien, les dispositifs de sécurité (barrières, alarme, dôme…).
  • La garantie contre le vol : pour couvrir le vol des accessoires d’entretien d’une piscine.

L’installation d’une piscine cause forcément des coûts supplémentaires qu’il faut prendre en compte, de sa construction à sa consommation d’eau. Pour ces équipements onéreux, mieux vaut jouer la carte de la prudence
et se couvrir au mieux. En comparant il est possible de faire jouer les garanties présentes dans son contrat pour faire baisser la facture. Les assurés peuvent réaliser en moyenne 171€/an d’économies sur leur assurance habitation. De la même façon, qui dit piscine, dit envolée de la facture d’énergie ! Pour compenser cette hausse, il est aussi possible de changer de fournisseur d’énergie facilement, rapidement et sans frais supplémentaire. En moyenne, en comparant, il est possible d’économiser 157€/an sur sa facture d’énergie (Amina Walter, Directrice Générale Déléguée de LeLynx.fr)

Astuce Malynx !

Il existe également une assurance dommage ouvrage à laquelle il faut impérativement souscrire au début de la construction de la piscine. Celle-ci couvre les dépenses liées à des réparations faisant suite à des défauts survenus au cours de la construction de la piscine ou de sa mise en fonctionnement.

Des dispositifs de sécurité obligatoires !

Parallèlement à l’assurance de la piscine, il faut aussi penser à l’installation d’un système de sécurité conforme aux normes en vigueur pour les piscines construites ou creusées. En cas d’accident ou de noyade, la compagnie d’assurance peut refuser la prise en charge les dommages subis par la (les) victime(s), même si la piscine est bien assurée.
Depuis le 1er janvier 2004, les piscines enterrées (ou semi-enterrées) ont pour obligation d’être équipées d’un des 4 dispositifs de sécurité reconnus par la loi :

  • Une barrière de protection (norme NF P90-306) ;
  • Une alarme de piscine (norme NF P90-307) ;
  • Une couverture de sécurité (norme NF P90-308) ;
  • Un abri de piscine (norme NF P90-309).

Le non-respect de ces obligations de sécurité peut avoir pour conséquences la déchéance de l’indemnisation ou une amende de 45 000€.

*Enquête menée par le cabinet Decryptis pour la Fédération des Professionnels de la Piscine et du Spa du 26 février au 19 mars 2018 auprès d’une échantillon de 6 822 foyers habitant en maison individuelle. Piscines supérieures à 10m2. 

Cet article vous a-t-il été utile ?